C’est là, aujourd’hui, à la veille du scrutin que j’ai (enfin) pris ma décision.

Est-ce que je vais aller voter ?

Oui, bien sûr. Rien de pire selon moi que de refuser de s’impliquer.

La conséquence en est, bien évidemment, d’être responsable de son vote.

Je suis prêt à assumer mon choix.

Pour qui ?

C’est cette décision qui m’a pris le plus de temps.

Pour être clair, si j’ai mis si longtemps c’est parce qu’il m’a fallu trier pour enlever un par un(e), les candidat(e)s pour qui je ne vais pas voter.

C’est un choix par défaut.

Je ne voterai pas pour monsieur Poisson car ses convictions et son projet sont incompatibles avec mes convictions et mes souhaits pour l’avenir de notre pays.

Je ne voterai pas pour monsieur Copé, car j’ai l’impression qu’il ne s’agit que d’une candidature de revanche. D’autre part, d’après l’IFRAP, c’est le seul candidat à cette primaire à n’avoir fait aucune proposition pour les enjeux européens (déjà que les autres… j’en parlerai en fin d’article).

Je ne voterai pas pour madame Kosciusko Morizet. Me reste en travers de la gorge sa volte-face à propos du projet de décharge à Saint Escobille (contre …jusqu’à ce qu’elle se retrouve à la tête du ministère compétent en ce domaine).

Je ne voterai pas pour monsieur Fillon. Tout d’abord par ce qu’il est l’héritier de cette famille politique qui n’assume pas d’être anti européen (Seguin). En outre, j’ai appris que c’était le candidat préféré des conservateurs et ultra-conservateurs ainsi que de des militants anti mariage pour tous. Deux repoussoirs pour moi.

Je ne voterai pour monsieur Sarkozy car je n’ai pas du tout aimé sa présidence. Je considère que l’accession de monsieur Hollande à l’Elysée est une conséquence du bilan du quinquennat de monsieur Sarkozy. J’ai du mal avec la stratégie « Buisson » qu’il continue à suivre malgré tout ce qu’il affirme.

Il m’a fallu ensuite décider entre les personnalités et les projets de messieurs Juppé et Lemaire.

J’ai utilisé une stratégie purement politicienne pour faire mon choix. Lequel des deux candidats est le plus à même d’empêcher messieurs Fillon et Sarkozy de gagner cette primaire. Car la victoire de l’un ou de l’autre peut mettre en péril le semblant d’unité qui subsiste de ma famille politique.

Je suis désolé pour monsieur Lemaire, qui n’a pas démérité, mais je voterai pour que monsieur Alain Juppé soit le vainqueur de cette primaire.

Je regrette vivement que l’Europe n’ait pas été plus travaillée par les candidats. C’est encore difficile de faire comprendre qu’il s’agit d’un outil de taille pour mener des politiques de lutte contre le chômage des jeunes par exemple ou tout simplement pour notre sécurité à tous, au sens le plus large du terme.

Je militerai pour qu’il existe un véritable volet européen pour toutes les mesures du programme électoral que je soutiendrai pour la campagne présidentielle.

Mais c’est ça, ce sera après.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email