Madame la Sénatrice,
Messieurs les Sénateurs,

Je suis Eric Deloire, militant centriste et élu du département de l’Essonne. Mais c’est à titre professionnel/privé que je me permets de vous écrire aujourd’hui.

Suite à un rapport incendiaire de la cour des comptes en 2010 ajouté à la mise en œuvre du nouveau livre blanc, le Service de Santé des Armées prépare son plan SSA2020. Un plan qui bien évidemment réduira la voilure en concentrant les efforts du SSA sur l’opérationnel au détriment de l’hospitalier. Le choix qui a été fait semble de bon sens.

A une petite nuance prés, j’ai l’immense honneur et privilège d’être employé au sein d’un des plus prestigieux hôpitaux d’instruction des armées, celui du Val de Grâce. L’hôpital du Val de de Grâce, outre ses attributions en tant qu’établissement hospitalier, assure un service supplémentaire, il joue un rôle en politique étrangère, rôle sous évalué à mon avis, en raison de l’extrême discrétion sur le travail effectué en ce sens autant bien de la part de l’institution elle même mais également de chacun de ses personnels.

L’organisation de l’hôpital est probablement à revoir, mais son maintien en activité, en tant qu’établissement hospitalier militaire recevant personnalités et dignitaires étrangers est absolument nécessaire en ces périodes troubles au niveau international. J’en suis convaincu.

Si je vous écris aujourd’hui, c’est que l’avenir de l’hôpital d’instruction des armées du Val de Grâce est incertain.  Des bruits, des rumeurs de plus en plus insistantes sur sa fermeture parcourent non seulement l’établissement, mais également tout le service de santé des armées. Avec un détail qui a son importance, ces rumeurs ne sont pas démenties par la hiérarchie.

Vous comprenez mon inquiétude.

Selon le calendrier prévisionnel de vos travaux, le 14 octobre prochain, vous recevrez en audition au sein de la commission de la défense et des affaires étrangère, monsieur Jean Yves Le Drian, ministre de la défense. Pourriez vous luis demander des précisions, des informations sur la réorganisation du service de santé des armées en général et sur le devenir de l’HIA du Val de Grâce en particulier.

Par avance, je vous remercie de l’intérêt que porterez à ma requête et vous prie Madame la Sénatrice, Messieurs les Sénateurs,  mes salutations les meilleures.

Eric Deloire

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email